CONTACT
REJOIGNEZ-NOUS SUR

Le conservatoire des plantes sauvages

Le conservatoire des plantes sauvages et indigènes

 

« Est-il rien de plus étonnant que ce commerce des plantes qui, de tous les points du globe, arrivent au secours de l’humanité ? » Pline l’Ancien.

 

Dans la vallée de Chevreuse, les plantes sauvages, appelées communément (et par manque de connaissance) « mauvaises herbes », sont oubliées et décriées.

 

Or, la plupart d’entre elles sont comestibles, beaucoup ont des vertus médicinales et condimentaires.

 

Si le jardin médiéval nourrissait ceux qui le possédaient (seigneurs, gens de robes, bourgeois et moines), les manants étaient contraints et savaient – eux – se nourrir et se soigner par ces plantes sauvages.

À leurs risques et périls d’ailleurs. Ce précieux savoir pouvait attirer sur eux le soupçon de sorcellerie et conduisait même certains au bûcher !

 

L’objectif de ce projet de conservatoire inédit est de les remettre à l’honneur ces plantes et herbes méconnues et de promouvoir leur utilisation.

Son ambition : redonner au public le goût de ces saveurs disparues, le plaisir de la découverte, la joie de la cueillette et la curiosité de préparations culinaires inédites

 

Boutique

Des souvenirs et des cadeaux

Mécénat

Documentation